Bienvenue en 1976, durant la 6ièmme année des Maraudeurs à l'école de magie poudlard.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les relations de la fleur

Aller en bas 
AuteurMessage
Makota S. Flowers

avatar

Date d'inscription : 30/12/2013
Messages : 25
Féminin Emploi/Année d'étude : 6ème année Poudlard
Localisation : En pleine promenade au coeur du château Poudlard
Humeur : Calme

MessageSujet: Les relations de la fleur   Mar 31 Déc - 18:30


Relations
Les Liens Positifs


RELATION. SOLIDE.
NIKITA.FLOWERS

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.


AMITIÉ.FORTE

NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.


SIMPLE.AMI

NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.


CONNAISSANCE.AMICALE

NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.

°¤°¤°¤°¤°¤°¤°¤°¤°¤°

• MAKOTA FLOWERS •


Dernière édition par Makota S. Flowers le Dim 5 Jan - 20:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makota S. Flowers

avatar

Date d'inscription : 30/12/2013
Messages : 25
Féminin Emploi/Année d'étude : 6ème année Poudlard
Localisation : En pleine promenade au coeur du château Poudlard
Humeur : Calme

MessageSujet: Re: Les relations de la fleur   Mar 31 Déc - 18:30


Relations
Les Liens Négatifs


HORS.DE.MON.CHEMIN. !

NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.


CONNAISSANCE.NON.AMICALE

NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.


MÉFIANCE

NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.
NOM.PRÉNOM

Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte. Texte.

°¤°¤°¤°¤°¤°¤°¤°¤°¤°

• MAKOTA FLOWERS •
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makota S. Flowers

avatar

Date d'inscription : 30/12/2013
Messages : 25
Féminin Emploi/Année d'étude : 6ème année Poudlard
Localisation : En pleine promenade au coeur du château Poudlard
Humeur : Calme

MessageSujet: Re: Les relations de la fleur   Mar 31 Déc - 18:33

Vous pouvez me proposer un lien, vous pouvez aussi me dire une idée du lien et ça catégorie. Vous avez amplement le choix ^^ Et aussi, il est préférable de faire un rp pour initier notre lien Wink

°¤°¤°¤°¤°¤°¤°¤°¤°¤°

• MAKOTA FLOWERS •
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les relations de la fleur   Mer 1 Jan - 0:50

Je suis littéralement intéressé. Bien-entendu, on fera un Rp avant ça, afin que l'on puisse juger la nature du lien ^^ Qu'en penses-tu ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Makota S. Flowers

avatar

Date d'inscription : 30/12/2013
Messages : 25
Féminin Emploi/Année d'étude : 6ème année Poudlard
Localisation : En pleine promenade au coeur du château Poudlard
Humeur : Calme

MessageSujet: Re: Les relations de la fleur   Mer 1 Jan - 2:03

Ça me fera plaisir de rp avec toi Smile
On a déjà parler du contexte et je te laisse commencer ^^

°¤°¤°¤°¤°¤°¤°¤°¤°¤°

• MAKOTA FLOWERS •
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les relations de la fleur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les relations de la fleur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reflexion sur la saga Michelet Casimir - Jean Saint-Fleur
» 2 éme entraînement de Nuage de la mort et de fleur enflammée finished
» Les relations père/fille
» La secrétaire fait des relations publiques...
» Les relations entre élèves de Durmstrang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maraudeurs-1976 :: Avant de commencer à joué :: Demandes :: Vos Relations-
Sauter vers: